Vous êtes ici

Parc de chauffage fioul domestique : rénovation et perspectives

La consommation énergétique du secteur résidentiel et tertiaire représente plus de 40 % de la consommation d’énergie finale en France et contribue à hauteur de 18 % aux émissions nationales de gaz à effet de serre (sources INSEE Stats 2010) . Pour les seuls logements d'habitation 70 % de leur consommation d'énergie est consacrée à la production de chauffage. Ce secteur  présente donc un potentiel de réduction de GES très important compte tenu des performances thermiques généralement moyennes des bâtiments existants.

Ainsi , le parc de chauffage au fioul domestique en France, surtout situées en zone rurale, équipe 22 % des maisons individuelles (source CEREN 2010). La consommation d'énergie moyenne, pour une habitation de 100 m2, serait de 255 kWh/m2.an, soit 2 550 litres de fioul domestique par an, selon l'ANAH. Enfin, 35 % des ces habitations fonctionnent avec des chaudières et un rendement moyen compris entre 67 % à 77 %. Le simple remplacement de ces 1,4 million de générateurs anciens par les chaudières à condensation fioul domestique apporte un gain d'économie d'énergie de 30 %.

En outre, il réduit ses émissions de CO2 de plus de 1milion de tonne par an.

 

L'habitat existant : les solutions  cohérentes de rénovation.

Certaines solutions techniques appellent de nombreuses interrogations sur le gain réel  apporté en terme d'économie d'énergie et environnemental  au vu de l'investissement initial très important  donc de l'amortissement. Les incertitudes économiques et les contraintes financières des ménages ne doivent pas freiner voire différer les objectifs du Grenelle de l'environnement. L'association Energie & Avenir résume bien le fond de la solution "... toute économie rapidement dégagée au niveau du système de chauffage est particulièrement appréciable et n'obère pas la réalisation d'actions futures s'isolation thermique dont les temps de retour sont beaucoup plus importants".

Ainsi la modernisation du parc de chauffage au fioul domestique propose 2 niveaux de traitement :

Le facteur 2. Avec la mise en œuvre d'un bouquet de 2 travaux, cet investissement raisonné affiche un temps de retour investissement/exploitation court. Il comprend l'installation d'une chaudière fioul domestique à condensation associé à l'isolation des combles. Il réduit les consommations initiales jusqu'à jusqu'à 50 %. Il permet l'obtention de l'Eco-prêt à taux zéro.

Le facteur 4. Proche du labelle BBC Rénovation Effinergie, ce niveau de performance élevé nécessite l'isolation du bâti, l'installation d'une chaudière à haut rendement couplé à une énergie renouvelable.

La rénovation programmée "étape par étape".

Les coûts importants nécessaires pour réaliser la rénovation thermique des habitations conduisent de nombreux propriétaires à différer les travaux. Une analyse globale du projet de modernisation étape par étape permet d'engager des travaux tout en programmant les futures améliorations à entreprendre.