Fioul domestique, du Grenelle environnement vers la Transition énergétique

La France s'est engagée a réduire ses émissions de gaz à effet de serre en diminuant et en diversifiant ses besoins en énergie. Notre pays a fixé les orientations de sa politique énergétique avec un objectif ambitieux à l'horizon 2050 : diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre.

La loi de programmation de 2005 a définie les axes majeurs de la politique énergétique de notre pays : maîtriser la demande en énergie - diversifier le bouquet énergétique - développer la recherche et l'innovation du secteur de l'énergie - assurer des moyens de transports et de stockages adaptés. Concrètement ces objectifs, cadrés dans le Grenelle de l'environnement 1, ont été déclinés secteur par secteur de façon pratique dans les articles de lois du Grenelle de l'environnement 2.

La Transition énergétique et  le débat engagé doivent élaborer des approches globales vers notre indépendance énergétique, limiter notre production électrique nucléaire, réduire nos consommations d'énergies fossiles au profit de bouquets énergétiques favorisant les énergies renouvelables.

Ainsi, pour le domaine du bâtiment le Plan Bâtiment Durable  " a pour mission de piloter la mise en œuvre et le déploiement des mesures du programme de réduction des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre des bâtiments." Son objectif fixe en 2020 une diminution de 38 % la consommation primaire d'énergie et de 50 % les émissions de gaz à effet de serre. Dans l'état, il sera difficilement atteint.

L’énergie fioul domestique,  avec un parc de chauffage de plus de 3 millions de maisons individuelles et 3ème énergie de chauffage en France,  s'inscrit pleinement dans cette démarche nationale de réduction des besoins énergétique. Le fioul domestique présente des solutions techniques adaptées aux réglementations les plus strictes, celles de la RT 2012, des Bâtiments Basse Consommation rénovés mais aussi aux évolutions futures des bâtiments. Après 2020, le Grenelle de l'environnement prévoit que les habitats nouveaux produiront  davantage d'énergie qu’ils n’en consommeront dont une  partie produite avec une énergie renouvelable.